Service de domiciliation et d’aide aux demandeurs d’asile, Hébergement d’Urgence pour Demandeurs d’Asile (HUDA) et Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA)

Article 14.1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
« Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile
et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. »

Les missions du pôle Asile

Il comporte plusieurs missions d’accueil dans la dignité des personnes isolées, ou en couple, avec ou sans enfants.

1 – L’Hébergement d’Urgence pour Demandeurs d’Asile (HUDA)

L’objectif de ce dispositif est d’offrir un hébergement aux demandeurs d’Asile dans l’attente d’une place en CADA, ou d’accueillir des personnes ne pouvant pas entrer en CADA le temps des procédures engagées (demande d’asile, régularisation ..).
Cet accueil nous engage dans l’accompagnement des personnes, à la fois en soutien à leurs démarches administratives (notamment constitution des dossiers OFPRA ou CNDA), mais également dans la gestion du quotidien, l’accès aux soins, la scolarisation des enfants, les loisirs ..).
L’AUDASSE dispose de 20 places d’HUDA, sur les arrondissements d’Arras et de Lens.

Nous sommes également en charge pour ce dispositif de l’orientation des personnes en demande d’hébergement repérées principalement sur Calais, vers l’ensemble des places disponibles sur le Département du Pas de Calais. 8 Associations gèrent 84 places d’HUDA sur l’ensemble du Département (hors Arrondissement de Montreuil).
Cette mission est assurée par la coordinatrice en place à Calais.

2- Maraude sociale – Calais

Nous intervenons également sur la Lande à Calais auprès des migrants pour apporter une information relative aux CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) répartis dans toute la France. Trois jours par semaine des départs en bus vers les centres sont organisés. Une équipe, dont la coordinatrice également en charge de la plateforme HUDA citée en 1/, maraudent dans la Lande, et sont présents lors de chaque départ en bus. Ce travail est mené conjointement avec les services de la DDCS et les maraudeurs de l’OFII.

3- Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA)

Le CADA d’Arras dispose de 144 places réparties dans un bâtiment collectif à Arras où sont accueillis les hommes isolés, et des logements dans le parc diffus pouvant accueillir les familles.
Le CADA a pour missions l’accueil, l’hébergement ainsi que l’accompagnement des personnes isolées, couples ou familles, durant le temps de l’instruction de leur demande d’asile. Nous offrons aux personnes hébergées un accompagnement administratif, social, médical, une aide à la scolarisation des enfants, et la mise en place d’activités socioculturelles dans l’optique d’une gestion de « l’attente ». Cet accueil prend fin avec la décision de l’OFPRA, ou à l’expiration du délai de recours contre l’OFPRA avec la notification de décision de la commission de recours (CNDA).
Les personnes sont accompagnées pour la sortie du dispositif, avec des contraintes en fonction des décisions notifiées : 3 mois après l’obtention du statut de réfugié ou la protection subsidiaire, 1 mois pour les personnes déboutées du droit d’asile.

Nous contacter

CADA / HUDA
1 Voie Bossuet
62000 ARRAS
Tél. 03 21 59 29 60
Fax. 03 21 71 86 26
Mail. cada@audasse.fr

Service de Calais
Tél. 07 76 79 61 33
Mail : coordination-huda@audasse.fr

Lexique

Demandeur d’asile : individu réclamant une protection en raison des risques qu’il court dans son pays d’origine.

Migrant : personne se déplaçant vers un autre pays ou une autre région afin d’améliorer leurs conditions matérielles et sociales, leurs perspectives d’avenir ou celles de leur famille.

L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) : est un établissement public qui procède à l’examen des demandes d’asile, ou au réexamen en cas de changement de situation et décide d’accorder ou non le statut de réfugié ou de protection subsidiaire.

La Cour nationale du droit d’asile (CNDA) : c’est un tribunal administratif qui procède au réexamen des demandes d’asile rejetées par l’OFPRA.

Réfugié : se dit d’une personne a reçu une protection, au vue des risques de persécution qu’elle encourt si elle retourne dans son pays d’origine du fait de son appartenance à un groupe ethnique ou social, de sa religion, de sa nationalité ou de ses opinions politiques.

Débouté : se dit d’une personne à qui aucune protection n’a été accordée par les autorités compétentes.